365005aa-5272-4ec6-9289-79e76cd236c7Black blocs, Elsa Marpeau, Folio, 7.80€

Swann Ladoux est biologiste. Elle file le parfait amour avec Samuel. Après la mort de ce dernier, elle se lie avec un groupe anarchiste prônant l’action directe, groupe dont son compagnon était très proche. Tiraillée entre la police qui la suspecte d’avoir tué son compagnon, et les jeunes militants qui la voit comme une informatrice de la police, Swann se laisse ballotter d’un côté comme de l’autre, mais jusqu’à quand ?

Une enquête au sein des milieux autonomes, remplie de référence à l’affaire Tarnac et aux luttes anarchistes des dix dernières années, et qui montre avec précision comme il est facile de monter un écran de fumée autour d’une scandale bien vite médiatisé.

 

707ef266-8d5c-4228-97ff-c5f574a8ff64Les ombres de Montelupo, Valério Varesi Agullo, 21.50€

Enfin une nouvelle enquête du commissaire Soneri. Après Parme, ou les rives brumeuses du Po, c’est cette fois dans son village d’origine que va s’activer le commissaire. A Montelupo, tout le monde s’inquiète de la disparition d’un riche industriel. Lorsque le fils héritier de l’empire vient lui aussi à manquer à l’appel, Soneri, bien qu’en vacances, décide de creuser discrètement. Il comprendra vite ce qui inquiète tant les villageois…

Encore une fois, l’écriture de Valério Varesi, lente et poétique, fait se dérouler des paysages et des coutumes d’une Italie de carte postale mélangée à quelques zones d’ombres. Pauvreté, sexisme, corruption et intimidation, pour un roman toujours placé sous le signe de la brume.

Un excellent polar pour lutter contres les chaleurs d’été, à l’ombre de la forêt italienne.

 

14d94ba8-dd48-4787-accc-53a38b6d8869Salut à toi, ô mon frère, Marin Ledun, Gallimard, 19€

À Tournon-sur-Rhône vit la fantasque famille Mabille-Pons. Un père notaire pacifiste, une mère anarchiste vouant une haine tenace à la police, six grands enfants dont trois chiliens adoptés, un chien, deux chats.
Lorsque Gus, le plus jeune, disparaît, puis se retrouve mêlé à une sinistre histoire de braquage, toute la famille va mener l’enquête.
Critique d’un racisme ordinaire, Marin Ledun envoie joyeusement valser les codes de la bienséance pour un exercice de style léger et frais.

Dans ce roman positif mais pas superficiel, l’auteur mélange au noir des nuances de rose.

 

58d0e7b5-9a4c-4102-88ef-4a4ae5fa80ceLe filet, Lilja Sigurdardottir, Métailié, 21€ (le premier tome, Piégée, vient de paraître en poche au prix de 7.80€)

Dans Piégée, premier volet d’une trilogie, Sonja affrontait une situation inextricable, mêlant un ex-mari fort mal disposé à son égard, une compagne ex-banquière, aussi compliquée que les montages financiers qui ont mené à son inculpation, et une activité de passeuse pour le moins périlleuse. La nouvelle génération de romancière à laquelle appartient Lilja Sigurdardottir met en scène des personnages de femmes qui n’ont aucune envie de rester les dindons de la farce. Dans ce second tome, Sonja doit à nouveau faire preuve d’une détermination sans faille et d’une malice hors du commun. Deux livres qui hissent Sigurdardottir au niveau des meilleurs auteurs islandais.

 

53200986-119b-4502-9ac3-2b70121e0050Dans l’ombre, Arnaldur Indridason, (ce premier volet de la Trilogie des Ombres vient de paraître en poche au prix de 8 euros). Passage des ombres, le troisième tome, est également paru en 2018, chez Métailié, au prix de 21€

Les dernières intrigues d’Indridason se concentrent autour de la période de la Seconde Guerre mondiale, et notamment de l’Islande dite de la « situation », ce moment où de nombreuses islandaises ont frayé avec des soldats alliés. C’est un moment historique où un petit pays se sent menacé par des colosses et où le monde rural et ancestral des croyances populaires est violemment remplacé par une modernité hégémonique. Le monde bascule. Odeurs subtiles du passé, mélancolie à la saveur particulière. Nul mieux qu’Indridason ne sait évoquer ces subtiles changements et ne possède cette capacité à camper des personnages que l’on croirait connaître. On peut se lasser du genre du roman noir, mais pas de la grande capacité d’évocation d’Indridason.

 

8c8762a3-16fb-4b31-a4b8-0d78ba8ee444Le Caire, toile de fondParker Bilal, Seuil, 22€

Parker Bilal est le pseudonyme de Jamal Mahjoub, qui nous avait livré par le passé de beaux romans chez Actes sud. Les enquêtes de Makana, ex-flic soudanais exilé politique au Caire, dressent, au fil des romans – Les écailles d’or ou Meurtres rituels à Imbaba, parus en poche, un portrait intime et en profondeur de la capitale égyptienne. Dépaysant et parfaitement ficelé, par un véritable écrivain.

 

Le Le fleuve des brumesfleuve des brumes & La pension de la via Saffi, Valerio Varesi, Points seuil, 7€20 & Agullo noir, 21€50

Le commissaire Soneri n’est pas un homme d’action. Il aime laisser à l’enquête, comme à une bonne bouteille, le temps de se déployer. Il laisse les pièces de puzzle de l’histoire, la grande et la petite, se mettre en place au gré des repas et des déambulations. Replongeons avec lui dans l’histoire italienne pour éclaircir la disparition de deux bateliers anciens fascistes sur les rives du Pô, ou dans les ruelles de Parme pour enquêter sur la mort d’une vieille logeuse au passé enfoui. Le Vargas Italien, culinaire et reposant, un régal.

***

1069892728Derrière les panneaux, il y a des hommes, Joseph Incardona, Pocket, 7€40

Un homme enlève des enfants sur les aires d’autoroutes. Un second le chasse, patiemment, depuis six mois. Le temps d’un week-end d’été caniculaire, les trajectoires de vies vont se croiser, s’esquiver et parfois se heurter violemment dans ces espaces lisses et anonymes que sont les aires d’autoroutes. Un thriller impressionnant.

 

Lago ladyLagos Lady, Leye Adenle, Points, 7,80€

Nouveau venu dans la galaxie du polar, Leye Adenle nous embarque pour une virée électrique au cœur de ces quartiers chauds de Lagos qui dévorent les vies et les immondices. Un polar survolté dénonçant la condition féminine et qui déconstruit avec humour le poncif d’une Afrique barbare.

***

Bombes, Dominique Delahaye, La Manufacture De Livres, 15€90

BombesAu cœur de la nuit lyonnaise se croisent des hommes aux destins très différents. Quand un groupe de nazillons attaquent deux graffeurs, laissant Choukri mort sur le trottoir, s’enclenche un tourbillon de course poursuite haletant, où nous croisons Emilie, une jeune zadiste de passage hébergée par Salif, un infirmier vivant sur une péniche, Annabelle, jeune bourgeoise intégriste et d’autres portraits entraînés dans la tourmente.
Bombes est un de ces romans, noir et puissant, qui nous explosent dans les mains par sa pertinence et son réalisme.

***

Piégée, Lilja Sigurdardottir, Métaillé noir, 21€

PiégéeUne ambiance nordique-crépusculaire comme on les aime, une femme comme de juste séparée, comme de juste à la peine dans sa vie, entretenant par ailleurs une relation amoureuse compliquée et non entièrement assumée : on peut craindre le pire. Mais ce roman féminin et à héroïne déjoue les rouages simplistes du monde et du polar, broyeurs de femmes et de faibles. D’une grande originalité, Piégée n’est pas sans rappeler La daronne d’Hannelore Cayre, chez le même éditeur.

***

Attends moi au cielAttends-moi au ciel, Carlos SALEM, Actes sud, 22€
1. Il est rare qu’un écrivain dresse le portrait d’une cinquantenaire magnifique. 2. Carlos Salem écrit des polars parce que ce genre lui offre toute liberté, y compris celle de détruire les lois du genre. 3. Voici donc une devinette : la cinquantenaire sera-t-elle la victime de l’histoire ?
Jubilatoire, inattendu, libérateur, iconoclaste, frais et sensuel, ce roman pas du tout policier est à mettre en toutes les mains.

***

Il était une fois l'inspecteur ChengIl était une fois l’inspecteur Chen, Qiu XIALONG, Liana Levi, 19 €
Une série d’enquêtes malicieuses du lettré Chen Cao, qui éclairent davantage sa jeunesse, en même temps que les contradictions d’une société chinoise recomposée mais toujours tiraillée, entre règne des « Gros sous » et douloureux retours d’héritages de la Révolution culturelle. Doux, fin, émouvant.

 

***

La fille du trainLa fille du train, Paula HAWKINS, Pocket, 7 € 80
Rachel a été quittée, a été trompée. Le hasard fait que son trajet quotidien en train l’amène à observer la vie de son ancien conjoint et de sa nouvelle compagne, et à être le témoin malheureux de leur nouveau bonheur. Un polar psychologique qui dépeint avec une acuité rare le sentiment de jalousie et les pensées obsessionnelles d’une femme en perte de sens. Un de ces bijous qui hisse le genre policier au niveau de la littérature blanche.

Recommandé par Fabien

***

Aux anianimaux-guerre-1546985-616x02maux la guerre, Nicolas Mathieu, éd. Babel, janvier 2016, 9.70€

Dans les Vosges, l’hiver est rude. Les habitants aussi. Aussi, quand la principale usine de la région menace de fermer, nombreux sont ceux qui sont prêt à tout pour survivre, et qui, comme Bruce, ou Martel, rêve de pouvoir desserrer la corde des dettes qui les tuent lentement. Mais comment, quand le travail manque cruellement, faire vivre une famille, payer un loyer, ou même se payer les packs de mauvaises bières, nécessaire pour l’oubli de la vie minable qu’ils vivent… « Aux animaux la guerre » est le roman de la fin d’une époque, celle des usines, celle des luttes de classes…Sombre mais brillant.

Coup de cœur de Paco!

 

Jax Mill9782081347908_1_75er, Les Infâmes, éd. Ombres Noires, septembre 2015, 21€

Témoin protégée par le FBI, Freedom Oliver coule des jours sombres dans une petite ville de l’Oregon, attendant l’heure fatidique de son suicide, programmée par le remplissage minutieux d’une tirelire de médicaments. Hantée par le meurtre de son mari, l’abandon forcé de ses enfants et toutes les erreurs qu’elle a pu commettre, la quarantenaire ne croit plus en rien… jusqu’au jour où tout bascule, quand sa fille Rebekah, élevée par un pasteur extrémiste, est portée disparue. Sortant de l’anonymat et affrontant ses démons, Freedom va sur son chemin trouver de l’infamie… mais aussi de la beauté.

Un récit sombre et haletant, qui nous transporte dans les dérives de la religion et ses conséquences, mais nous montre également l’infinie puissance de l’amour maternel, malgré la déchéance des âmes et la brutalité du monde décrit dans cet ouvrage.

Recommandé par Laureline et Sarah !

loupsaleurporteJérémy Fel, Les loups à leur porte, Rivages, août 2015, 20€

A travers ces récits parfaitement construits et enchevêtrés, voici un roman noir, très noir, de la monstruosité humaine…

Recommandé par Sophie et Laureline !
***