Sophie G. Lucas, Témoin (2016), Moujik moujik (2017) et Assommons les poètes (2018), Ed. La contre allée

004744833

Après une plongée au tribunal correctionnel avec son lot de petits délinquants et d’injustices judiciaires avec « Témoin », après l’univers précaire des SDF puis des laissés-pour-compte de la crise américaine avec « Moujik moujik », Sophie G. Lucas continue son œuvre poétique. 

Dans une veine toujours sociale et documentaire, c’est cette fois son quotidien de poétesse qu’elle analyse. Poétesse c’est une occupation à plein temps malgré les rendez-vous Pôle emploi, les métiers précaires, les ateliers d’écritures bancales…

Mettre de la poésie en prison, à l’école ou dans la rue, « c’est un manière d’être au monde, de ne pas trouver sa place, parce que toujours img_7237arton16218-b6e65inconfortable. »

Des recueil résolument politique, protéiforme et contemporain. Une œuvre à découvrir.