Pour aboutir à un livre« Le plus frappant est que les librairies sont devenues des lieux politiques – par défaut,
par manque de tels lieux dans l’espace public. La présentation de livres comme ceux de la Fabrique et de maisons amies attire parfois tant de monde qu’il en reste sur le trottoir qui ne peuvent pas entrer. Je me souviens de salles combles à l’Harmattan à Lille, à Terre des livres à Lyon, à Terra Nova à Toulouse, à l’Atelier, rue du Jourdain à Paris.
 »

Eric Hazan,
Pour aboutir à un livre – la fabrique d’une maison d’édition,
La Fabrique, octobre 2016.


[Événement hors les murs]

Jeudi 23 mars, 20 h – à la Maison des passages (44, rue Saint-Georges 69005 Lyon)

Lecture-spectacle d’après Personnages secondaires de Joyce Johnson, publié aux Éditions Cambourakis

Personnages secondairesPartant du constat que les hommes sont sur-représentés dans la Beat Generation, qu’en est-il des femmes ?

Cette lecture donne à entrevoir la condition d’une femme artiste aux États-Unis, avant la révolution sexuelle.

« De ces années charnières passées aux côtés de Jack Kerouac, Joyce Johnson tire un récit vivant, parfois mordant, qui met en lumière les relations que les Beats entretenaient avec les femmes, entre passion dévorante et misogynie. En déplaçant la lumière vers ces « personnages secondaires » féminins, son témoignage offre un éclairage original sur un mouvement littéraire qui fut aussi l’aventure de toute une génération. »

Avec Sidonie FAUQUENOI, Léa GOOD, Marie-Caroline GUERARD, Lucie LALANDE
(de la compagnie théâtrale THEF, organisation pour un théâtre féministe).

Tarifs : 6/8 Euros
Renseignements et réservations : maisondespassages[at]orange.fr / 04 78 42 19 04


[Événement hors les murs]
Vendredi 24 mars

A l’occasion de l’aventure Odyssée 24, 11° édition du Festival Européen Latin Grec,
nous présentons une vitrine autour de L’Odyssée et de l’antiquité.
Découvrez la centaine de lieux dans le monde où sera lu un chant de L’Odyssée !


Samedi 25 mars, 15 h

Henry D. Thoreau : aux origines de la décroissance ?

Rencontre avec Michel GRANGER à l’occasion de la parution des Pensées sauvages de Henry D. THOREAU (sélection de Michel Granger, traduction de Brice Matthieussent), Le mot et le reste, janvier 2017, & Pierre THIESSET, à l’occasion de la parution de l’ouvrage collectif Aux origines de la décroissance ; cinquante penseurs, L’échappée, mars 2017.

Pensées sauvagesLe parti pris de cette sélection établie par Michel Granger a été de privilégier l’originalité et la radicalité de ce philosophe transcendantaliste : une critique impitoyable de la société du milieu du XIXe siècle américain, alliée à des propositions pour un autre mode de vie plus respectueux de la nature et de la vie de l’esprit. Thoreau n’est pas un penseur tiède, conformiste ; son point de vue inédit peut servir à analyser les travers de notre époque : il exprime une pensée qui se veut « débridée » – à ne pas confondre avec la décomplexion néolibérale actuelle – et il s’efforce de provoquer la réflexion, d’ébranler les certitudes, de rompre avec la tradition, d’éveiller les consciences. Une anthologie de passages essentiels pour comprendre la pensée forte de Thoreau.

Aux-origines-de-la-decroissanceLa civilisation industrielle ne s’est pas imposée sans résistances. De grands esprits critiques se sont toujours levés contre la liquidation des artisans et des paysans, contre la destruction de l’environnement et le bouleversement des modes de vie, contre l’emprise du marché et des machines sur les individus. La contestation de l’idéologie du Progrès que porte aujourd’hui le courant de la décroissance se situe dans cette longue filiation. Parmi ces illustres devanciers, les cinquante penseurs présentés ici – dont les oeuvres très diverses se déploient sur les deux derniers siècles – ont de quoi alimenter les réflexions actuelles de toutes celles et tous ceux qui aspirent à une société centrée sur l’humain, et non plus soumise à la mégamachine. Leurs pensées, profondes, intemporelles et clairvoyantes, exposées dans ce livre de manière claire et didactique, remettent radicalement en cause le culte de la croissance, l’esprit de calcul, la foi dans les technologies, l’aliénation par la marchandise… Elles en appellent à une sagesse immémoriale : il n’y a de richesse que la vie.

Professeur honoraire de littérature américaine à l’université de Lyon, Michel Granger est spécialiste de la «Renaissance américaine». Il a dirigé le Cahier de l’Herne, Henry D. Thoreau (1994), publié une monographie, Henry D. Thoreau. Paradoxes d’excentrique (1999), puis des œuvres de Thoreau aux Éditions Le mot et le reste : Essais (trad. N. Mallet, 2007), Walden (trad. B. Matthieussent, 2013), une sélection du Journal (trad. B. Matthieussent, 2014), Voisins animaux (trad. B. Matthieussent, 2016) et Pensées sauvages (trad. N. Mallet & B. Matthieussent, 2017).

Pierre Thiesset anime les éditions Le Pas de côté et est journaliste à La Décroissance.

Entrée libre


Mercredi 29 mars, de 20 h à 22 h

Un héritier du blairisme peut en cacher un autre… De Valls à Macron

Rencontre avec Thibaut RIOUFREYT à l’occasion de la parution de Les socialistes français face à la « Troisième voie » britannique. Vers un social-libéralisme à la française (1997-2015), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble (PUG), coll. « Libre cours politique », 2016.

Les socialistes francaisParmi les leaders du centre-gauche en France, Manuel Valls et Emmanuel Macron sont ceux qui se sont le plus revendiqués du New Labour de Tony Blair, version british du social-libéralisme. En ce sens l’enquête menée par Thibaut Rioufreyt sur la réception de ce modèle britannique au sein du PS permet en retour de mieux comprendre l’actualité politique française. L’ancien Premier ministre et le leader d’En Marche sont d’accord pour l’essentiel sur l’économie et le social ; ils diffèrent en revanche sur la stratégie politique. Quand le premier a tenté de prendre la tête du PS pour lui imposer une rupture doctrinale profonde, le second a au contraire opté pour la stratégie de l’extrême-centre par delà gauche et droite en se passant du parti. Valls éliminé, reste à voir si la stratégie de Macron peut fonctionner alors que les sociaux-libéraux restent minoritaires en France.

Rencontre animée par Philippe CORCUFF

Entrée libre


Mercredi 5 avril, 19 h

Rencontre avec Pierre BITOUN autour de l’ouvrage Le sacrifice des paysans ; une catastrophe sociale et anthropologique de Pierre Bitoun et Yves Dupont, éditions L’échappée, 2016.

Le sacrifice des paysansPourquoi les sociétés modernes ont-elles décidé de sacrifier les paysans ? Qui est responsable de ce processus qui semble irréversible ? Pour tenter de répondre à ces questions fondamentales, ce livre montre comment, depuis des décennies, en France comme ailleurs, le productivisme s’est étendu à l’ensemble des activités humaines. Avec pour conséquences : déracinement et marchandisation, exploitation du travail et des ressources naturelles, artificialisation et numérisation de la vie. L’époque est aujourd’hui aux fermes-usines et aux usines que l’on ferme ou délocalise, tandis que dominent, partout, finance et technoscience. Le sacrifice des paysans est l’un des éléments du processus global de transformation sociale dont il faut, au préalable, comprendre les causes. Ainsi, les auteurs analysent le mouvement historique au sein duquel s’est déployé le projet productiviste au cours des 70 dernières années, des « Trente Glorieuses aux Quarante Honteuses ». Puis ils expliquent comment le long travail d’« ensauvagement des paysans » a mené à la destruction des sociétés paysannes et des cultures rurales. De ce véritable ethnocide, qui a empêché l’alternative au capitalisme dont une partie des paysans était porteuse, nous n’avons pas fini, tous, de payer le prix.

En partenariat avec les éditions L’échappée et
l’émission Les paysans et paysannes dans la lutte des classes,
un jeudi sur deux de 18 h à 19 h sur Radio Canut 102.2

Entrée libre


[HORS LES MURS]

Du mercredi 5 au vendredi 14 avril dans de nombreuses villes de la région Auvergne Rhône-Alpes

« Exils » منافٍ Troisième édition du Festival « Palestine En Vue » 2017

Palestine en vue L’objet du festival est de présenter dans sa diversité le cinéma palestinien dans la région Auvergne Rhône-Alpes, après celui de « la femme palestinienne » en 2016, c’est cette année le thème de l’exil qui regroupera la sélection.

« Exilé.e », « réfugié.e », « déplacé.e », désignent souvent les mêmes personnes à des moments différents de leur vie, contraintes à vivre en dehors de leur territoire, à l’intérieur ou à l’extérieur de leur patrie, à cause de la guerre ou d’une oppression politique. Il n’y a pas un « exil » mais des « exilS » rattachés chacun à une histoire singulière ou collective, mais tous profondément injustes et douloureux, retracés dans les films du festival Palestine en Vue 2017 (dans une prison, dans son propre pays, dans un camp de réfugiés, à l’étranger…).

Consultez le PROGRAMME ou la bande annonce vidéo du festival


 

Samedi 8 avril, 15 h

Rencontre avec Pinar SELEK à l’occasion de la parution du conte Verte et les oiseaux de Pinar Selek & Elvire Reboulet (Traduction Lucie Lavoisier), éditions des Lisières, mars 2017.

Verte et les oiseauxVerte et sa grand-mère parlent le langage des oiseaux… Si c’est un miracle pour les humains, c’est un désastre pour les volatiles ?! Les humains qui prennent déjà tant de place vont-ils par ce nouveau pouvoir étendre encore leur empire ?? Pour les oiseaux c’est le branle-bas de combat…

Premier conte pour enfants de Pinar Selek traduit en français, Verte et les oiseaux est un conte initiatique, un hymne à la liberté, à l’amitié et à la sobriété… joyeuse bien sûr ?!

En partenariat avec le
Collectif Lyonnais de Solidarité avec Pinar Selek
la revue Silence & les éditions Des lisières.

Entrée libre


[HORS LES MURS]

Samedi 8 Avril

bourse aux livres jean macé

La librairie est partenaire
de la cinquième édition de la
Bourse aux Livres et aux Jouets de l’école Jean Macé – Marc Bloch.

 

Si vous avez des idées,
souhaitez participer, faire des dons :
boursejeanmace@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Jeudi 13 avril, 19 h

Soirée slam et poésie !
A l’occasion de la parution de Souplesses de Gyslain NGUENO (éditions Z4, 2017), rencontre autour de la poésie écrite et orale, lecture, échange et performance du Cercle des poètes à la rue.

SouplessesSouplesses est une tentative. Une tentative de déceler le tout qu’il y a dans chaque parcelle,et la parcelle qu’il y a dans chaque tout. Une tentative d’invitation à la contemplation des fatalités heureuses et malheureuses. Une tentative de mise en exergue de la phénoménale gymnastique dont nous faisons preuve dans nos existences, l’extrême ductilité qui se met en œuvre en nous, qu’il s’agisse de s’accommoder du monde,ou de s’en créer un à soi. Une tentative, seulement.

Gyslain-N : l’oral et l’écrit me possèdent
Sous l’égide du Cercle des poètes à la rue

 Entrée libre


Jeudi 20 avril, 19 h

Rencontre autour du Dictionnaire historique des académiciens de Lyon 1700-2016 – ouvrage de 1380 pages avec 824 notices biographiques et bibliographiques qui reflètent plus de trois siècles d’histoire intellectuelle et scientifique et d’histoire de Lyon.

Fondée en 1700, l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon participe depuis plus de trois siècles à la vie culturelle et scientifique de la cité. Rédigé sous la direction de Dominique Saint-Pierre, à qui l’on doit déjà un “Dictionnaire des hommes et des femmes politiques de l’Ain” (2011), ce dictionnaire présente les 824 académiciens répertoriés depuis l’origine. Leurs notices biographiques et bibliographiques ont été composées par 57 auteurs, pour la plupart membres de l’Académie.

Pour illustrer le dictionnaire, présentation de notices concernant quelques industriels lyonnais de la fin du XIXe siècle et du début du XXe particulièrement représentatifs du « paternalisme » d’inspiration catholique. La séance sera animée par Jacques Hochmann, psychiatre et philosophe.


Samedi 22 avril, 15 h

Rencontre avec Lizzie CROWDAGGER à l’occasion de la parution de Enfants de Mars et de Vénus, éditions Dans nos histoires, 2017.

Enfants de Mars et de Venus« Sauf qu’on n’est pas un couple, a tranché Alys.
— Vraiment ? ai-je demandé, un peu surprise.
— Lev, je t’aime bien, mais pour l’instant on a à peine couché deux fois ensemble et, pour ce que j’en sais, tu couches avec toutes les filles trans que tu rencontres. »
J’ai levé ma main en signe de protestation.
« Ce sarcasme est complètement infondé. Et puis, qu’est-ce que tu fais des lacrymos, des machos, des bastons avec les skins, des interrogatoires musclés et tout ça ? Ça ne compte pas, pour toi ?
Une-autobiographie-transsexuelle-avec-des-vampire_3908— Si, mais ça correspond plus à la description d’un gang que d’un couple. »
J’ai haussé les épaules.
« D’accord, ai-je concédé. Être en gang, ça me va aussi. »

En partenariat avec On est pas des cadeaux !
Sur Radio Canut 102.2, un vendredi sur deux de 17 à 18 h.

Entrée libre


Jeudi 27 avril, 18 h 30

Rencontre avec Eric VERDEIL, Marie BONTE et Elisabeth LONGUENESSE autour de la nouvelle édition de l’Atlas du Liban, les nouveaux défis, Coédition Ifpo/CNRS Liban, 2016.

Atlas du LibanA l’occasion de la parution de l’Atlas du Liban, les nouveaux défis, sous la direction Eric Verdeil, Ghaleb Faour et Mouin Hamzé (Beyrouth: Presses de l’IFPO), Eric Verdeil, professeur à Sciences Po Paris, présentera l’ouvrage en compagnie de Marie Bonte, doctorante et attachée d’enseignement et de recherche à l’Université de Grenoble, co-autrice. Elisabeth Longuenesse, sociologue, ancienne directrice du département d’études contemporaines de l’IFPO, introduira la discussion avec l’auditoire.

Entrée libre


Samedi 13 mai, 15 h

Rencontre avec Morgane MERTEUILMatthieu RENAULT autour de l’ouvrage collectif Pour un féminisme de la totalité, (introduction de Félix Boggio), éditions Amsterdam, mars 2017.

Pour_un_feminisme_de_la_totalite-394x569Pour un féminisme de la totalité marque le début d’une collaboration entre Amsterdam et Période, revue en ligne de théorie marxiste lancée au printemps 2014. La collection « Période » publiera un à deux ouvrages par an, dont un numéro thématique composé à la fois de textes publiés sur le site et d’inédits. La question de l’articulation entre race, classe et genre se trouve aujourd’hui au coeur du paysage théorique : partout se manifeste un désir diffus de penser l’imbrication des formes d’oppression et des identités, mais celle-ci est trop souvent réduite à une affaire de recoupements ou d’« intersectionnalité ». À cette perspective, l’ouvrage oppose une approche en termes de totalité, envisageant le féminisme comme une théorie des déplacements, des décalages dans le temps et l’espace au sein du capitalisme contemporain. Le féminisme de la totalité met au centre de l’analyse le concept de « reproduction sociale » (comment sont assurés, au quotidien, la perpétuation et l’entretien de la force de travail) et de sa position au sein du système de la production. En parlant de reproduction sociale, il s’agit d’élargir la notion de « travail domestique », très individuelle et liée au partage des tâches au sein du foyer, et de penser le lien de cette dernière avec le secteur marchand de l’économie et le salariat. L’ouvrage propose une traversée de l’ensemble des enjeux actuels du féminisme (oppression des femmes, violence sexiste, travail du sexe et travail tout court, identités LGBTQ, féminisme nationaliste, désir, famille…), en croisant les aspects socio-économiques et leurs effets psycho-affectifs, culturels et identitaires.

En partenariat avec les éditions Amsterdam et la revue Période.

Entrée libre


Jeudi 18 mai, 19 h

Rencontre avec Florence JOHSUA autour de Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement, éd. La découverte, 2015.

AnticapitalistesLe renouveau des gauches radicales en Europe a suscité un regain d’intérêt à leur égard. Toutefois, peu d’études se sont intéressées aux individus qui militent contre le capitalisme, pour un autre monde. Qui sont ces hommes et ces femmes ? Quels parcours personnels, quelles expériences nourrissent l’audace de penser qu’on peut changer la société ? Comment ces engagements se sont-ils transformés et renouvelés ?

Grâce à une enquête au long cours combinant entretiens, observations et analyses statistiques, ce livre propose une sociologie de l’engagement anticapitaliste en France du milieu des années 1960 aux années 2000. À travers le cas de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) devenue Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), l’auteure interroge les liens entre les évolutions du recrutement partisan et celles à l’œuvre dans la société et explore les trajectoires et les pratiques des militants, leurs visions du monde, leurs questionnements et leur idéal, pour apporter un éclairage inédit sur les nouveaux visages de l’anticapitalisme à l’aube du xxie siècle.

Ce faisant, l’ouvrage invite à penser sous un nouveau jour de grandes questions de société, comme celle de la fin des utopies, la prétendue désaffection des jeunes pour la politique, la production sociale de la révolte ou encore ce que signifie prendre parti aujourd’hui. Il rend compte d’une aventure à la fois minoritaire et universelle : la contestation de l’ordre établi.

Rencontre animée par Lilian MATHIEU

Entrée libre


[Événement hors les murs]

Jeudi 18 mai à la Bibliothèque municipale de la Part-Dieu
Rencontre avec Amzat BOUKARI-YABARA autour de Africa Unite !, La découverte.

Africa uniteSommes-nous Africains ? Qu’est-ce que l’Afrique ? De cette double interrogation, née au xviiie siècle dans la diaspora africaine déportée aux Amériques, a émergé un vaste mouvement intellectuel, politique et culturel qui a pris le nom de panafricanisme au tournant du xxe siècle. Ce mouvement a constitué, pour les Africains des deux rives de l’Atlantique, un espace privilégié de rencontres et de mobilisations. De la révolution haïtienne de 1791 à l’élection du premier président noir des États-Unis en 2008 en passant par les indépendances des États africains et la lutte contre l’apartheid, Amzat Boukari-Yabara retrace l’itinéraire singulier de ces personnalités qui, à l’image de W.E.B. Dubois, Marcus Garvey, George Padmore, C.L.R. James, Kwame Nkrumah, Cheikh Anta Diop, Aimé Césaire et tant d’autres, ont mis leur vie au service de la libération de l’Afrique et de l’émancipation des Noirs à travers le monde.

Organisée par le Centre d’Études Postcoloniales de Lyon


Samedi 20 mai, 15 h

Rencontre avec Sabine MASSON autour de Pour une critique féministe décoloniale. Réflexions à partir de mon engagement avec des luttes indigènes au Mexique et au Honduras, Antipodes, 2016.

Pour une critique féministeÀ partir des recherches et de l’engagement militant de l’auteure avec des mouvements indigènes au Mexique et au Honduras, ce livre développe une critique féministe des relations coloniales de pouvoir.

Il s’intéresse aux politiques néolibérales de développement dit durable ou ethnique, traversées par le genre, le racisme et la colonialité. Ces politiques, contre lesquelles des organisations et des communautés se mobilisent, menacent les terres et les cultures de populations indigènes.

Sur la base de ce terrain de luttes, mais aussi de contributions féministes antiracistes et postcoloniales – les apports en particulier de féminismes noirs, indigènes, chicanos ou subalternes – cet ouvrage s’inscrit dans les débats contemporains sur la question des héritages coloniaux, qu’il évoque aussi en rapport au contexte européen de racisme et de sexisme, d’islamophobie et de répression des migrant·e·s.

Enfin, l’auteure engage une réflexion sur la transformation décoloniale des pratiques, des connaissances et des recherches féministes. Se fondant entre autres sur son expérience de recherche-action au Mexique, elle revient sur les enjeux de la décolonisation de l’anthropologie féministe, et plus largement sur la concrétisation d’une perspective plurielle et décentralisée des luttes des femmes.

Militante féministe, juriste et docteure en sociologie, Sabine Masson s’est engagée auprès d’organisations indigènes notamment au Mexique et au Honduras, où elle a mené ses travaux de recherche et oeuvré dans le domaine de l’éducation populaire.

En partenariat avec le Centre d’études postcoloniales de Lyon

Entrée libre


[Événement hors les murs]

Mercredi 31 mai, 14 h au Comoedia
Projection à l’occasion de la sortie du film LA CABANE A HISTOIRES et rencontre-dédicace-Marie Novion 3Marie Novion 2Marie Novion 1goûter avec Marie JOVION, auteure de La véritable histoire du grand méchant Mordicus (Sarbacane), Panpi et Gorri, spécialistes de l’aventure & Panpi & Gorri ; plus de goûters, moins de corvées (Maison Georges).

Huit albums de la littérature enfantine contemporaine voient leurs illustrations prendre vie au fur et à mesure de la lecture… : La Véritable Histoire du grand méchant Mordicus, Cornebidouille, Le festin de Noël, 999 Têtards, Mon chien qui pue, Brigitte la brebis qui n’avait peur de rien, Michel le mouton qui n’avait pas de chance, Dragons père et fils.

Places à gagner à pour nos jeunes clients-lecteurs

En partenariat avec Les Assises du Roman et Gébéka Films.


Samedi 10 juin, 15 h

Rencontre-débat avec Olivier CYRAN autour de Boulots de merde ! Du cireur au trader, enquête sur l’utilité et la nuisance sociales des métiers de Julien Brygo & Olivier Cyran, La Découverte, 2016.

Boulots de merdePas un jour sans que vous entendiez quelqu’un soupirer : je fais un boulot de merde. Pas un jour peut-être sans que vous le pensiez vous-même. Ces boulots-là sont partout, dans nos emplois abrutissants ou dépourvus de sens, dans notre servitude et notre isolement, dans nos fiches de paie squelettiques et nos fins de mois embourbées. Ils se propagent à l’ensemble du monde du travail, nourris par la dégradation des métiers socialement utiles comme par la survalorisation des professions parasitaires ou néfastes. Comment définir le boulot de merde à l’heure de la prolifération des contrats précaires, des tâches serviles au service des plus riches et des techniques managériales d’essorage de la main-d’oeuvre ? Pourquoi l’expression paraît-elle appropriée pour désigner la corvée de l’agent de nettoyage ou du livreur de nans au fromage, mais pas celle du conseiller fiscal ou du haut fonctionnaire attelé au démantèlement du code du travail ? Pour tenter de répondre à ces questions, deux journalistes eux-mêmes précaires ont mené l’enquête pendant plusieurs années. Du cireur de chaussures au gestionnaire de patrimoine, du distributeur de prospectus au « personal shopper » qui accompagne des clientes dans leurs emplettes de luxe, de l’infirmière asphyxiée par le « Lean management » au journaliste boursier qui récite les cours du CAC 40, les rencontres et les situations qu’ils rapportent de leur exploration dessinent un territoire ravagé, en proie à une violence sociale féroce, qui paraît s’enfoncer chaque jour un peu plus dans sa propre absurdité. Jusqu’à quand ?

Rencontre organisée par Les amis du Monde diplomatique de Lyon.

Entrée libre


 

[A venir]

Rencontre avec Diabolo Nigmon et Decibel Espanto, traducteur-ice-s de Vers la plus queer des insurrections de Fray BAROQUE et Tegan EANELLY, Libertalia, 2016.

vers_la_plus_queer_des_insurrectionsDiabolo Nigmon et Decibel Espanto présenteront le livre, et plus largement le mouvement révolutionnaire Bashback (né aux États-Unis à la fin des années 2000), nébuleuse œuvrant pour une autodéfense active et violente autant que pour une critique radicale de la marchandisation des luttes queer.

Les textes regroupés dans ce livre ont été écrits par une constellation d’individus et de groupes et adoptent une multitude d’approches : provocation, romantisme, nihilisme, détournements, réappropriation, références sans citations, humour, postures esthétiques… Autant de stratégies pour creuser des thèmes obsédants, tels que la lutte contre l’intégration aux normes hétérosexuelles, l’usage des identités, l’attaque du christianisme puritain, l’action directe, le rapport à la violence, la vengeance, la pratique des émeutes et autres moments corporels collectifs, la stylisation du corps, l’esthétique de soi, la criminalisation, les stratégies de survie au sein du capitalisme. Des discours qui arrivent comme une bouffée d’oxygène, à l’heure où le manque d’une critique radicale des orientations politiques LGBT (assimilationnisme, nationalisme, apathie face au libéralisme, valorisation des politiques punitives…) est suffoquant.

Ce sera l’occasion de parler de traduction militante et située, et de discuter des critiques et échos possibles de Bash Back dans nos contextes locaux.

En partenariat avec On n’est pas des cadeaux, émission radio transpédégouine et féministe
tous les vendredis de 17 à 18 h sur Radio CANUT – 102.2
Émission spéciale avec les traducteurs

Entrée libre


[A venir en 2017]
Rencontre avec TIAN et Marie DESPLECHIN, pour leur livre Sothik, École des loisirs, sept. 2016

sothikSothik est né en 1967 dans un Cambodge en pleine tourmente. Il a trois ans quand la guerre civile fait rage, huit ans quand les Khmers rouges prennent le pouvoir. Du jour au lendemain, tout change. L’argent est aboli, les livres sont détruits, la religion interdite, la propriété privée n’existe plus. Sothik et sa famille doivent quitter leur maison en laissant tout derrière eux et prouver sans cesse leur obéissance au nouveau régime. Mais cela ne suffit pas ! Les Khmers rouges décident brutalement d’enlever les enfants à leurs parents afin de mieux les éduquer. Sothik rejoint un groupe d’enfants de son âge. La famille n’existe plus, la terreur et la famine s’installent…


 

 

 

Options avancées