Pour aboutir à un livre« Le plus frappant est que les librairies sont devenues des lieux politiques – par défaut,
par manque de tels lieux dans l’espace public. La présentation de livres comme ceux de la Fabrique et de maisons amies attire parfois tant de monde qu’il en reste sur le trottoir qui ne peuvent pas entrer. Je me souviens de salles combles à l’Harmattan à Lille, à Terre des livres à Lyon, à Terra Nova à Toulouse, à l’Atelier, rue du Jourdain à Paris.
 »

Eric Hazan,
Pour aboutir à un livre – la fabrique d’une maison d’édition,
La Fabrique, octobre 2016



huppecouleurXVIIe (2)Mille et un livres à 0 et 1 €

Jusqu’au mardi 3 octobre,
découvrez, dans le grenier de la librairie,
un vaste choix de livres revues, romans, essais et documents divers,
en français et langues étrangères,
à 1 € et à 0 €.


NOTRE PROGRAMME DE RENCONTRES S’INTERROMPT
de mi juin à début octobre


Jeudi 5 octobre, 19 h
La rentrée littéraire présentée par vos libraires


Samedi 7 octobre, 15 h
Rencontre avec Baptiste MYLONDO autour d’un projet de regroupement de coopératives d’habitants [Titre provisoire]


Jeudi 12 octobre, 19 h

Rencontre-débat avec Olivier CYRAN autour de Boulots de merde ! Du cireur au trader, enquête sur l’utilité et la nuisance sociales des métiers de Julien Brygo & Olivier Cyran, La Découverte, 2016.

Boulots de merdePas un jour sans que vous entendiez quelqu’un soupirer : je fais un boulot de merde. Pas un jour peut-être sans que vous le pensiez vous-même. Ces boulots-là sont partout, dans nos emplois abrutissants ou dépourvus de sens, dans notre servitude et notre isolement, dans nos fiches de paie squelettiques et nos fins de mois embourbées. Ils se propagent à l’ensemble du monde du travail, nourris par la dégradation des métiers socialement utiles comme par la survalorisation des professions parasitaires ou néfastes. Comment définir le boulot de merde à l’heure de la prolifération des contrats précaires, des tâches serviles au service des plus riches et des techniques managériales d’essorage de la main-d’oeuvre ? Pourquoi l’expression paraît-elle appropriée pour désigner la corvée de l’agent de nettoyage ou du livreur de nans au fromage, mais pas celle du conseiller fiscal ou du haut fonctionnaire attelé au démantèlement du code du travail ? Pour tenter de répondre à ces questions, deux journalistes eux-mêmes précaires ont mené l’enquête pendant plusieurs années. Du cireur de chaussures au gestionnaire de patrimoine, du distributeur de prospectus au « personal shopper » qui accompagne des clientes dans leurs emplettes de luxe, de l’infirmière asphyxiée par le « Lean management » au journaliste boursier qui récite les cours du CAC 40, les rencontres et les situations qu’ils rapportent de leur exploration dessinent un territoire ravagé, en proie à une violence sociale féroce, qui paraît s’enfoncer chaque jour un peu plus dans sa propre absurdité. Jusqu’à quand ?

En partenariat avec Les amis du Monde diplomatique de Lyon

Entrée libre


Mardi 17 octobre, 19h

Gaëlle NOHANT pour Légende d’un dormeur éveillé, à paraître le 17 Août 2017


Samedi 21 octobre, 15 h

Assiegees lutterRencontre avec la revue Assiégé-e-s organisée par le CRAAP – Collectif de Réflexions, Analyses et Actions Postcoloniales

Craap.

.

.

.

Entrée libre


Jeudi 26 octobre, 19 h
Jean-Pierre Bouché et le Collectif 69 de soutien à la Palestine à l’occasion de la parution de Palestine Plus d’un siècle de dépossession. Histoire abrégée de la colonisation, du nettoyage ethnique et de l’apartheid, Scribest/Récit présent.


Samedi 18 novembre, 15 h

Rencontre organisée par le CRAAP – Collectif de Réflexions, Analyses et Actions Postcoloniales


Mercredi 22 novembre, 19 h

Brigitte GIRAUD pour Un loup pour l’homme, Flammarion, à paraître le 23 Août 2017 – en partenariat avec Coup de soleil en Rhône-Alpes.


A VENIR A L’AUTOMNE :

En octobre :
L’islam e(s)t ma culture de Tristan VIGLIANO, Presses universitaires de Lyon, juillet 2017.

[Date à fixer]
Ces rêves qu’on piétine
de Sébastien SPITZER, L’observatoire, 23 Août 2017

Sous les bombardements, dans Berlin assiégé, la femme la plus puissante du IIIe Reich se terre avec ses six enfants dans le dernier refuge des dignitaires de l’Allemagne nazie. L’ambitieuse s’est hissée jusqu’aux plus hautes marches du pouvoir sans jamais se retourner sur ceux qu’elle a sacrifiés. Aux dernières heures du funeste régime, Magda s’enfonce dans l’abîme, avec ses secrets. Au même moment, des centaines de femmes et d’hommes avancent sur un chemin poussiéreux, s’accrochant à ce qu’il leur reste de vie. Parmi ces survivants de l’enfer des camps, marche une enfant frêle et silencieuse. Ava est la dépositaire d’une tragique mémoire : dans un rouleau de cuir, elle tient cachées les lettres d’un père. Richard Friedländer, raflé parmi les premiers juifs, fut condamné par la folie d’un homme et le silence d’une femme : sa fille. Elle aurait pu le sauver. Elle s’appelle Magda Goebbels.



Options avancées