Pour aboutir à un livre« Le plus frappant est que les librairies sont devenues des lieux politiques – par défaut, par manque de tels lieux dans l’espace public. La présentation de livres comme ceux de la Fabrique et de maisons amies attire parfois tant de monde qu’il en reste sur le trottoir qui ne peuvent pas entrer. Je me souviens de salles combles à l’Harmattan à Lille, à Terre des livres à Lyon, à Terra Nova à Toulouse, à l’Atelier, rue du Jourdain à Paris. »

Eric Hazan
Pour aboutir à un livre – la fabrique d’une maison d’édition,
La Fabrique, octobre 2016


Samedi 19 janvier, à 10 h 15

DSCN3168

Axelle CAILLAT reviendra nous présenter son nouveau spectacle de contes pour enfants, « Le réveil de l’ours ». 

Après son hibernation, l’ours a très faim… En fouillant dans sa grotte il finit par trouver un providentiel pot de miel… Le bonhomme de pain d’épices qu’il fabrique avec lui réserve quelques surprises…
La traditionnelle histoire du bonhomme de pain d’épices revue et un peu corrigée pour une randonnée en jupe à conter accompagnée à la guitare !
Une histoire pour les tout petits (de 0 à 3 ans et jusqu’à 6). Durée : environ 20 minutes.

[Partenariat hors les murs] 18 janvier
thumbnail_AfficheNuitDeLaLecture2019
La BU Chevreul invite pour la Nuit de la lecture Jadd  HILAL et Bachar ALKAZAZ. 
A 18h30, Jadd Hilal, auteur Des ailes au loin (éditions Elyzad), Grand Prix du roman Métis 2018, lira des extraits de son roman. Il sera accompagné par le percussionniste Wassim Halal.
A 19h30, Bachar Alkazaz racontera son exil, de Damas jusqu’en Suède, à travers les lettres qu’il a envoyées à un ami suisse entre 2010 et 2017 et qui ont été rassemblées dans le livre Lettres de Syrie et d’exil (éditions Labor et Fides)

Samedi 19 janvier, 15h
B7-couv-R-e1541173302309
Rencontre autour du numéro 7 de la revue BALLAST en présence de Corinne Morel-Darleux, élue régionale Rhône-Alpes, chroniqueuse à Reporterre et militante écosocialiste.
« Ballast est une revue, créée en novembre 2014, d’une quarantaine de militants/bénévoles (de France et de Belgique), indépendante de tout groupe de presse et parti politique.

Casser les vases clos, ouvrir les petites cases. Faire se croiser les mouvements d’émancipation : les espaces critiques ont l’art des querelles intestines — guéguerres de clans, vanités de chapelles, puretés de papier. Mêler la « pensée » et le ras de terre, l’analyse et le plan serré sur l’ordinaire. Tramer théorie et reportage, économie et musique, philosophie et poésie. Faire front, contre les puissants, les bien pourvus, les dominants. Chercher les mots et les pratiques à même d’articuler, tant bien que mal, les identités contestatrices fragmentées.

Nous sommes, partageux de tout poil, les premiers à n’être pas toujours d’accord avec nous-mêmes ; nous n’en aimons pas moins nous asseoir à la même table, avec nos étiquettes, nos stratégies ou nos partis désaccordés, pour tenter de la renverser ensuite — et ensemble.

Ballast entend être une boîte à outils, sans jargon inutile ni folklore d’initiés, et s’adresser à tous ceux, têtes dures ou seulement curieuses, activistes aguerris ou simples passants, qui ne peuvent se conformer au cours des choses. »

Entrée libre


Samedi 2 février, 15h

une-afrofem

Rencontre avec le collectif MWASI autour de AFROFEM aux éditions Syllepse.

Les femmes noires en France doivent être sauvées de leur famille, de leur communauté (pères, frères, cousins). Ce sauvetage est proposé gracieusement par l’État au travers de l’école républicaine, appuyée par des allié·es de choix (médias, monde de la culture, associations, intellectuel·les).
Mwasi est un collectif de femmes qui ne veulent pas être “sauvées” par qui que ce soit. Femmes noires et afro-descendantes, nous désignons l’État français, le “féminisme” blanc dominant et le racisme d’État comme des ennemis politiques.
Notre seule préoccupation est d’être à la hauteur des idées, des pratiques et de l’héritage qui sont les nôtres : les combats contre la négrophobie, l’impérialisme, l’hétéro-patriarcat et le capitalisme.
Nous avons choisi l’afroféminisme pour traduire politiquement nos révoltes que nous voulons transformer en révolution pour un changement radical de système, un système débarrassé du racisme, de la domination masculine et du capitalisme. Nous faisons le choix de l’organisation politique autonome et de la libération comme horizon. Ce livre est notre contribution afroféministe à la libération noire et panafricaine.

Entrée libre


Mardi 12 février, 19h

9782369350996-475x500-1

Rencontre avec Guillaume FABUREL à l’occasion de la parution Les métropoles barbares – Démondialiser la ville, désurbaniser la terre aux éditions Le Passager clandestin.

La métropolisation implique une expansion urbaine incessante et l’accélération des flux et des rythmes de vie. Elle transforme les villes en firmes entrepreneuriales, et génère exclusion économique, ségrégation spatiale et souffrance sociale, tout en alimentant la crise environnementale. Au point que les grandes villes inspirent aujourd’hui un rejet croissant qui se traduit par une multitude de résistances ordinaires.

De la relocalisation de la production maraîchère à l’occupation de zones menacées par les grands chantiers d’infrastructures, ces « initiatives de l’alternative » et ces luttes productrices de communs sont l’expression d’une biopolitique de transformation sociale radicale.

Ménager la totalité organique du vivant, ses lieux et ses rythmes, et organiser collectivement les conditions de l’autonomie pourraient ainsi constituer le socle d’une contre-société décroissante face à la barbarie des métropoles et à l’abîme socioécologique où elles nous précipitent.

Entrée libre


Jeudi 21 février, 19h

9782366243734-475x500-1

Rencontre avec Juliette ROUSSEAU autour de l’ouvrage Lutter ensemble – Pour de nouvelles complicités politiques aux éditions Cambourakis.

De la ZAD à la Palestine, de la marche pour le climat de New York aux camps de réfugié.es de La Chapelle en passant par le tarmac des aéroports londoniens, Juliette Rousseau, militante altermondialiste, coordinatrice de la Coalition contre la COP 21 en 2015, part à la rencontre de collectifs en lutte contre les rapports de domination liés à la classe, au genre, à la race ou encore à la condition physique et mentale à l’oeuvre dans la société, collectifs qui ont aussi en commun d’interroger l’existence et la reproduction de ces mêmes rapports de domination à l’intérieur des espaces de lutte.
A partir de nombreux entretiens, ce livre invite à explorer des formes d’organisation et de solidarité à même de créer les conditions de nouvelles complicités politiques qui ne soient pas aveugles aux oppressions croisées.

Entrée libre


Samedi 2 mars, 15h

9782358721745-475x500-1

Rencontre avec Françoise VERGES à l’occasion de la parution de l’ouvrage Un féminisme décolonial aux éditions La Fabrique.

Entrée libre


Samedi 30 mars, 15h

9782348036484

Rencontre avec Alain RUSCIO à l’occasion de la parution de l’ouvrage Les communistes et l’Algérie – Des origines à la guerre d’indépendance, 1920-1962 aux éditions La Découverte.

C’est un paradoxe : l’histoire du communisme reste aujourd’hui encore, alors que ce mouvement n’a plus dans la vie politique ni le poids ni la force d’attraction d’antan, un objet de controverses à nul autre pareil, en « pour » et en « contre ». Cet état d’esprit atteint un paroxysme lorsqu’il s’agit d’évoquer les actions et analyses du communisme – français et algérien – face à la question coloniale en Algérie, des origines dans les années 1920 à la guerre d’indépendance (1954-1962). Et s’il était temps, écrit Alain Ruscio, de sortir des invectives ?

C’est l’ambition de cette somme exceptionnelle, qui propose une plongée dans les méandres – le mot s’impose – des politiques communistes des deux côtés de la Méditerranée (PCF et PCA) durant plus de quatre décennies. Des tout premiers temps, lorsque le jeune parti commençait à s’affirmer et tentait de briser le consensus colonial, aux tempêtes de la guerre d’Algérie, en passant par les espoirs et illusions du Front populaire. Les relations avec le nationalisme algérien, qui ne furent jamais simples, sont finement analysées, avec le récit d’un grand nombre d’épisodes ignorés ou mal connus et l’évocation de parcours de multiples acteurs, qui donne chair à cette saga.

Novateur, l’ouvrage d’Alain Ruscio ne l’est pas seulement par son esprit. L’historien a utilisé tous les fonds d’archives spécialisés, dont ceux du PCF, désormais accessibles, révélant des documents totalement nouveaux. On découvrira, au fil des pages, non pas une ligne politique, mais une succession, et parfois une cohabitation, de logiques et de pratiques.

Entrée libre


Samedi 6 avril, 15h

9782348037474

Rencontre avec Ugo PALHETA autour de La possibilité du fascisme – France, la trajectoire du désastre aux éditions La Découverte.

Mouvement réactionnaire de masse contre l’égalité des droits ; migrants enlevés, tabassés et laissés pour mort par des milices à Calais ; large diffusion de thèses réactionnaires, xénophobes et islamophobes ; intensification du quadrillage répressif des quartiers populaires et violences policières impunies ; manifestations interdites et criminalisation croissante de toute contestation ; scores inégalés du Front national à toutes les élections depuis 2012. Sous des formes disparates et encore embryonnaires, mais dont la seule énumération dit le pourrissement actuel de la politique, c’est le fascisme qui fait retour.

Et celui-ci s’annonce non comme une hypothèse abstraite mais comme une possibilité concrète. Pourtant, la possibilité du fascisme est généralement balayée d’un revers de main par les commentateurs : comment la République française, patrie autoproclamée des droits de l’homme, pourrait-elle engendrer le monstre fasciste ? La France ne s’est-elle pas montrée « allergique » au fascisme tout au long du XXe siècle, comme le prétendent certains historiens français ? Le Front national n’a-t-il pas renoncé au projet ultranationaliste, raciste et autoritaire qui le caractérisait depuis sa création ? N’assiste-t-on pas au renouveau du capitalisme français sous les auspices d’un jeune président réalisant enfin les « réformes » prétendument nécessaires ?
C’est à démonter ces fausses évidences que s’attache ce livre, scrutant ainsi la trajectoire d’un désastre possible, enraciné dans la triple offensive – néolibérale, autoritaire et raciste – dont Emmanuel Macron est la parfaite incarnation, mais un désastre résistible, pour peu que le danger soit reconnu à temps et qu’émerge un nouvel antifascisme, capable de mener de front le combat contre l’extrême droite et celui contre les politiques destructrices qui favorisent son ascension.

Entrée libre


Samedi 13 avril, 15h

9782343156156-475x500-1

Rencontre avec Richard TOE autour de Yombé, un ouvrier du Mali postcolonial paru aux éditions l’Harmattan.

Ces entretiens font revivre, à travers un destin singulier, le combat des Maliens pour prendre en main l’avenir de leur pays en s’appuyant sur les connaissances techniques des ouvriers, l’utilisation de la langue nationale, la confiance dans les savoirs traditionnels. Yombé Richard Toé est né « vers 1940″ au Soudan (le Mali actuel), dans l’ancien empire colonial français. Il a environ 16 ans lorsqu’il décide – après avoir changé de religion et de prénom – de continuer sa scolarité dans un centre technique à Bamako alors que le pouvoir colonial français ne favorisait pas la formation des jeunes Africains.

Son séjour de quelques années en France lui permet d’améliorer ses connaissances aussi bien techniques qu’idéologiques, mais est brusquement interrompu par son expulsion en mai 68. Il mène ensuite son combat au Mali, sans jamais chercher à accéder à des postes de pouvoir mais en mettant ses compétences au service de l’indépendance technologique et de la construction démocratique du pays. Il sera le premier responsable malien d’une usine d’égrenage de coton.

Actuellement, à près de 80 ans, il fait partie de plusieurs associations et s’investit dans la diffusion du n’ko, système de transcription des langues mandingues en Afrique de l’Ouest. Au cours de 36 entretiens avec Christiane Ray, enseignante retraitée, avec qui il est ami depuis plus de 50 ans, il évoque les grandes étapes de son parcours, sa participation à la vie politique et économique du Mali, ses intérêts de toutes sortes.

Entrée libre


Date à confirmer :
Rencontre avec Gyslain N à l’occasion de la parution de Domestiquer la menace, 5sens éditions.


Découvrez une foule d’autres rencontres dans les librairies de la région sur CHEZ MON LIBRAIRE


Chez mon libraire on fait de belles rencontres


logo région rhonealpesLes rencontres
de la librairie sont soutenues
par la Région Auvergne-Rhône-Alpes






Options avancées