Jeudi 23 Juin, 19 h
Pratiques actuelles de transition et de résistance
Actions et sources d’inspirations du mouvement
ALTERNATIBA / ANVCOP21

Alternatiba changeonsAlternatiba foule

 

 

 

 

Partage et débats introduits par des courts métrages et des extraits d’ouvrages que chacun est libre d’apporter et d’exposer selon sa guise.

Rencontre organisée par le mouvement citoyen Alternatiba Rhône et suivie d’un apéritif partagé.

Entrée libre
***

Samedi 25 juin, à l’horaire exceptionnel de 16 h
Rencontre avec Youcef ZIREM à l’occasion de la parution de son roman La porte de la mer, éditions Intervalles, 15 juin 2016.

Youcef Zirem« À la mort de sa mère, la jeune Amina devient responsable de l’éducation de ses deux petits frères. Confrontée à des choix cruciaux dans une Algérie qu’elle aime profondément mais dont l’évolution l’attriste, elle va voir son destin inextricablement lié à celui de sa ville, Alger.
Dans le milieu de la nuit où elle choisit de faire ses premiers pas d’adulte, comme dans un miroir grossissant, elle découvre une image du monde et d’elle-même dans laquelle tous les traits sont exacerbés.
La Porte de la mer nous plonge dans le quotidien d’une société dont les rouages sont parfois défaillants. Bien que gangrénée par de nombreux maux et soumise à un silence assourdissant, l’Algérie et ses paysages majestueux forment le décor d’un théâtre d’ombres où les hommes et les femmes s’aiment et s’affrontent.
À travers l’histoire d’Amina, c’est un véritable parcours initiatique que nous propose Youcef Zirem. Parfois douloureux, souvent touchant, mais toujours juste. »

Après une carrière d’ingénieur d’État en pétrole, Youcef Zirem a démissionné du secteur industriel pour devenir journaliste à Alger après les tragiques événements d’octobre 1988. Durant près de 15 ans, il a fait partie d’une dizaine de rédactions dans la capitale algérienne dont La Nation, La Tribune, Le Quotidien d’Algérie, Alger-Républicain, L’Opinion, le Quotidien d’Oran… Son premier livre, Les Enfants du brouillard, est paru à Paris au mois de novembre 1995. Depuis, il a publié une dizaine de titres dont L’Homme qui n’avait rien compris, La Vie est un grand mensonge, Le Chemin de l’éternité, La Guerre des ombres, Histoire de la Kabylie…Vivant à Paris depuis plus de dix ans, il anime l’émission littéraire « Graffiti, littératures du monde », sur BRTV.

Rencontre organisée par FORSEM, Forum de Solidarité Euro-Méditerranéenne

Entrée libre
***

 

[A l’automne]

Samedi 8 octobre, horaire à confirmer.

pandoraRencontre avec les lauréats du concours Quelles Nouvelles  dans le cadre du festival Parole Ambulante

 

Rencontre en partenariat avec l’Espace  Pandora

***

Jeudi 13 octobre, 19 h

frontalierRencontre avec Maryse VUILLERMET autour de son dernier livre Frontaliers pendulaires, les ouvriers du temps, la rumeur libre éditions.

Une journée de travail, dans l’autre pays apparemment si proche, et le soir après le travail là-bas, revenir en France, basculer à nouveau, ouvriers pendulaires oui, la route, la voiture encore, un entre-deux, un sas entre les deux mondes et comme une déchirure au cœur, n’être de nulle part. Mais qui sont ces hommes, ces femmes, aux visages endormis du matin et fatigués du soir, ces êtres d’un perpétuel entre-deux dont la vie bascule deux fois par jour, ici, la route, la montagne, la frontière, là-bas, et le soir en sens inverse et le lendemain encore et les autres jours, la vie entière ?
L’auteure, à partir de dizaines d’entretiens a percé le mystère de ces vies minutées, chronométrées, morcelées, elle ausculte les espoirs et touche les rêves enfouis et nous livre un texte ciselé, d’une rare précision, véritable mécanique horlogère, un livre haletant, une ode à ces figures d’humains qui perdent leur vie à la gagner.
Aux confins de plusieurs genres, roman, document, récit, surgit ici un genre nouveau, riche de tous les autres. Il faudrait pouvoir le nommer.

Entrée libre

***

Samedi 15 octobre, 15 h
Rencontre autour de l’ouvrage La Banalyse édité par Le Jeu de la règle, 2015.
***

Jeudi 20 octobre, 19 h
Vos libraires vous présentent leur rentrée littéraire !
Entrée libre
***

[A l’automne, date à confirmer]

Rencontre croisée entre Lilian MATHIEU et Murielle FERRARI, à l’occasion de la sortie de « Je voulais vous dire », éd la passe du vent.

Entrée libre

***

[A l’automne, date à confirmer]

Venise est lagune : rencontre avec l’écrivain italien Roberto FERRUCCI

ferrucci 1Roberto Ferrucci est né en 1960 à Venise, où il vit et écrit. Écrivain engagé, il partage sa vie entre le journalisme (Il Corriere della Sera, Il Manifesto, Il Fatto Quotidiano), la fiction et la traduction (il est le traducteur de Patrick Deville et de Jean-Philippe Toussaint en italien), quand il n’enseigne pas l’écriture créative à l’Université de Padoue. Depuis 2014, il dirige, pour les éditions Terra Ferma, la collection numérique « Collirio », qui publie de courts textes inédits (en italien mais aussi en français). Au printemps 2016 paraîtra en France aux éditions La Contre Allée (Lille) son ouvrage Venise est lagune.

Il sera à Lyon invité dans le cadre du Master TLEC de l’Université Lumière Lyon 2, par les enseignants Florence Courriol et Sylvain Trousselard, et rencontrera le public à la librairie Terre des Livres où il parlera de Venise est lagune et présentera également ses autres titres déjà parus en français dans les traductions de Jérôme Nicolas (Ça change quoi aux éditions du Seuil, préfacé par Antonio Tabucchi, 2010 ; Sentiments subversifs en version bilingue, éditions de la Meet, 2010 ; Sentiments décisifs, Feltrinelli, 2013).

La rencontre en librairie sera animée par Florence Courriol, traductrice littéraire de l’italien et enseignante d’italien à l’Université d’Avignon.

Entrée libre

***

[A l’automne, date à confirmer]

Rencontre avec Maud INGARAO et Willy GIANINAZZI, traductrice et éditeur de l’ouvrage d’André Gorz : Le fil rouge de l’écologie, Entretiens inédits en français, Édition établie et présentée par Willy Gianinazzi, traduction par Postface d’Erich Hörl, éd. EHESS.

gorzPionnier de l’écologie politique, André Gorz révèle sa persistante actualité dans cette discussion inédite et peu convenue sur des thèmes variés – du rapport de l’humain avec la nature à l’usage des technologies, de la cause féministe au rôle des intellectuels.
Ces trois entretiens – parus en 1990, 2003 et 2005 – révèlent l’actualité de la réflexion d’André Gorz sur le sens de la vie. Associant une critique du travail aliéné et une vision écologiste de la « bonne vie », son utopie est celle d’une civilisation du temps libéré : elle suppose un divorce entre le travail, qui doit être réduit, et le revenu, qui doit être garanti, afin que chacun tout au long de la vie puisse se livrer à une multiplicité d’activités autodéterminées – créatives, solidaires, militantes.« André Gorz a mûri, au fil de livres engagés de nature à la fois philosophique et sociopolitique, une réflexion existentielle sur le sens de la vie contrarié par la mégamachine capitaliste qui réduit l’être humain à la fonction de travailler et consommer. » (Willy Gianinazzi)***