[PARTENARIAT HORS LES MURS]

Palestine en vueJusqu’au 29 mai, la librairie sera partenaire de la Seconde édition de Palestine en vue, festival du cinéma palestinien. A Lyon la séance d’ouverture du festival aura lieu le mardi 24 mai au cinéma Comoedia.

Découvrez la bande-annonce du festival.

Organisé par : ERAAP (Échanges Rhône Alpes Auvergne Palestine) : erap@laposte.net

***

Mercredi 25 mai, 19 h
Congo incMathématiques congolaisesRencontre avec In Koli Jean BOFANE, auteur, aux éditions Actes sud, de Mathématiques Congolaises & Congo Inc. ; le testament de Bismarck.

« Depuis l’installation d’une antenne-relais par la société China Network dans son village, le jeune Isookanga n’a qu’une chose en tête, monter à Kinshasa, de peur de passer totalement à côté du xxie siècle : « Je suis un mondialiste qui aspire à devenir mondialisateur ». Abandonnant coutumes, ancêtres rétrogrades et cercopithèques des bois, le jeune pygmée débarque dans la capitale pour faire du business. Il trouve alors refuge au Grand Marché avec les shegues, les enfants des rues, et devient très vite l’associé de Zhang Xia, un Chinois qui fait commerce d’eau potable. C’est ainsi que commence son aventure kinoise !

Après Mathématiques congolaises, In Koli Jean Bofane dresse à nouveau un tableau percutant du Congo ultra-contemporain, aux prises avec la mondialisation, et dépeint avec brio les problématiques du pays – les bénéfices des grandes puissances, les violences infligées aux femmes, les épurations ethniques, les compromissions des ONG, l’exploitation de la canopée et des ressources minières, etc. Personne n’est épargné dans ce roman à l’ironie cruelle, où les hommes ne cessent de dévoiler leur violence et leur bêtise. In Koli Jean Bofane est décidément un conteur hors pair. »

Un ouvrage vivement recommandé par Sarah, une rencontre animée par Paco, dans le cadre des Assises internationales du roman !
Entrée libre
***

Mercredi 25 mai, 14 h
[PARTENARIAT HORS LES MURS]

La librairie sera partenaire du Cinéma Comoedia pour une carte blanche à l’écrivain Guillaume Guéraud

Gueraud Sans la téléDans ce récit autobiographique, Guillaume Guéraud retrace sa jeunesse dans une cité populaire au cours des années 1970-80, au travers d’un prisme particulier : son rapport au cinéma. Sa mère refusant d’avoir la télé, elle l’entraîne dans les salles obscures et c’est au travers du septième art qu’il découvre le monde. Un récit d’une très grande émotion, qu’on lira aussi comme un éclairage indispensable sur l’univers de cet auteur jeunesse de grand talent.

Dans le cadre des Assises internationales du roman
***

Jeudi 26 mai, 18 h 30
[PARTENARIAT HORS LES MURS]
Comment être un étranger ? Les constructions imaginaires et politiques de l’étranger

Comment être un étrangerPour cette dernière séance du cycle « Comment être un étranger ? », qui s’est attelé à questionner et déconstruire cette notion, la bibliothèque de la Part-Dieu, en partenariat avec le Centre d’études postcoloniales, a choisi de croiser les regards de deux invités : Nasima MOUJOUD et Pap NDIAYE.

« Deux disciplines (anthropologie, histoire), deux champs de recherche (genre et migration, condition noire), et deux expériences se feront donc échos et mettront la notion d’étranger en perspective avec notre monde actuel local ou global.

Par cet échange, nous chercherons à démontrer en quoi les constructions imaginaires de l’étranger se fondent sur un territoire, son « récit national », et sur une « essentialisation identitaire » de ceux qui sont désignés comme étrangers. Ainsi pensés à tort dans des groupes homogènes, les étrangers seraient exclus, rendus ndiayeinvisibles dans l’espace social et politique.

En prenant en compte les mobilités des populations, les questions de centre et de périphérie (oppositions nord/sud, centre/banlieue), la question du sexe/genre, celle de la race/couleur, les questions de droits et de statuts (immigré-es, exilé-es), nos invités interrogeront la notion de citoyenneté ou de non-citoyenneté.

Ainsi, nous envisagerons, à partir de l’expérience de l’étrangeté dans un entre deux mondes, comment sortir de cette catégorie et inventer d’autres formes de construction et d’identités, mais aussi d’autres manières d’inscription dans le politique et la cité.

Cette rencontre permettra, plutôt que de favoriser des oppositions « excluantes » ou assimilationnistes, de repenser des continuités entre l’étranger et le familier. »
***

Du 26 au 28 mai
[PARTENARIAT HORS LES MURS]
La librairie sera partenaire du colloque Antiquipop : la référence à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine.

***

Samedi 28 mai, 15 h
Rencontre avec Alain RUSCIO, auteur de Nostalgérie – L’interminable histoire de l’OAS, La découverte, 2015.
Alain Ruscio La nostalgie idéalisée des temps de la jeunesse est légitime, a fortiori lorsqu’elle s’ajoute à celle d’un pays irrémédiablement perdu, l’Algérie : pour des centaines de milliers d’Européens qui y ont naguère vécu, sa mémoire s’est transformée en une « nostalgérie », beau mot chargé de mélancolie. Mais le drame commence lorsqu’on constate qu’une seule famille politique française, celle des anciens de l’Organisation armée secrète (OAS) et de leurs héritiers, l’a durablement instrumentalisée. Non contents d’avoir mené toute une communauté à l’impasse puis à l’exil, les « ultras » de l’Algérie française ont tenté, depuis, d’accaparer sa mémoire. Comme l’avait écrit Pierre Nora dès 1961, ils ont voulu « bloquer l’histoire ». Et ils y sont en partie parvenus. Pour comprendre les racines de ce scandale historique et mémoriel, et contribuer à y mettre un terme, Alain Ruscio propose dans ce livre une histoire claire et précise de l’action des hommes de l’OAS et de ses séquelles contemporaines. Il rappelle les traits de l’histoire de l’Algérie coloniale qui ont pu conduire, à partir de février 1961, à leur engagement dans une incroyable spirale de violence terroriste, en Algérie comme en France, laquelle a profondément marqué les premières années de la Ve République. Mobilisant un impressionnant corpus documentaire, Alain Ruscio retrace précisément la dérive de ces « soldats perdus », mêlant officiers à l’idéal patriotique dévoyé, nostalgiques du fascisme et petits malfrats transformés en assassins. Enfin, il explique comment et pourquoi la mémoire brûlante de ces années de folie meurtrière de quelques centaines d’extrémistes travaille toujours, de façon souterraine, la société française. Cette étude fouillée et documentée est une précieuse réponse à l’un des derniers négationnismes que véhicule encore une certaine histoire coloniale « à la française ».

Rencontre organisée par L’improbable

Entrée libre

***

Samedi 28 mai 11 h
[PARTENARIAT HORS LES MURS]

Le Cencouv_2084tre Hospitalier reçoit l’auteur Boualem SANSAL pour un moment d’échange autour de son dernier roman, 2084, la fin du monde.
Le samedi 28 mai 2016 à 11h, salles de réunion du CH (Niveau 0).
Entrée gratuite sur inscription uniquement à culture@ch-stjoseph-stluc-lyon.fr ou au 04 78 61 86 85.

En partenariat avec le centre hospitalier Saint Joseph-Saint Luc et les Assises Internationales du Roman.

***

Mercredi 1 juin 19 h
[PARTENARIAT HORS LES MURS]
ravenelRencontre avec Bernard RAVENEL
« Quand la gauche se réinventait, le PSU histoire d’un parti visionnaire »

Bernard Ravenel, agrégé d’histoire, a été membre du PSU dès sa fondation, en 1960. Chargé des relations internationales du PSU de 1974 à 1984, il est l’auteur de plusieurs livres consacrés aux problèmes méditerranéens, dont Méditerranée : le Nord contre le Sud ? (L’Harmattan 1990) et Méditerranée : l’impossible mur (L’Harmattan 1995)

Réduction du temps de travail, décentralisation et démocratie locale, émancipation des femmes, alternatives au nucléaire militaire et civil, solidarité avec le Sud et l’Europe de l’Est, égalité des droits pour les immigrés, importance du lien structurel entre crises de l’environnement et du capitalisme etc. : sur tous ces thèmes, on découvrira à quel point, sur trente ans (1960-1989), le PSU a joué un rôle précurseur et visionnaire.
Une source d’inspiration intacte et vivace pour construire l’avenir.

Organisé par la Maison des Passages, les Amis de Tribune Socialistes (ATS) et l’Institut Tribune Socialiste.
Infos : La Maison des Passages – 04 78 42 19 04 – maisondespassage@orange.fr
44 rue Saint Georges
69005 Lyon

***

Jeudi 2 juin 2016, 19 h
Dans le cadre de Tous à la Guill’

Claudine LEBEGUE en concert

Claudine LEBEGUEClaudine Lebègue est chanteuse, accordéoniste, auteur, compositeur et comédienne. Amazone à la voix singulière, impérieuse à la tendresse narquoise, il y a en elle du Mano Solo, du Prévert, du Carné.
Son nouveau spectacle « Un camion dans la nuit » est une ode à la liberté, une invitation à l’itinérance. Nous vous espérons du voyage.

« …Claudine Lebègue est une artiste polyvalente atypique.
Une amazone, une guerrière, qui sait occuper le terrain et qui porte dans ses mots et sa voix si singulière, des pépites d’or, fort poétiques, qu’elle distribue avec un talent immense…
Une chevauchée poétique et sentimentale,
avec des étincelles sous les fers…
une œuvre choc[…] »

Françoise Jallot, Accordéons Accordéonistes.

A ma zone 1A ma zone 2

 

 

Spectacle issu de la trilogie A ma Zone publié à La Passe du vent.

Prix : au chapeau !

***

Samedi 4 juin, 15 h
Autour de Bell Hooks
Bell HooksRencontre avec
Isabelle CAMBOURAKIS
(présentation de la collection « Sorcières » aux éditions Cambourakis) et
Nassira HEDJERASSI (présentation de bell hooks, féministe, africaine-américaine, rebelle, pédagogue …).

Isabelle Cambourakis est éditrice, féministe, syndicaliste, instit’ et ex-libraire, pro du monde du livre, de la pédagogie et historienne des mouvements féministes.

« Je présenterai la « ligne » éditoriale de la collection ‘Sorcières’ que j’ai créée récemment, d’une part en la replaçant dans une histoire un peu plus large de l’histoire de l’édition féministe et d’autre part en expliquant comment je trouve les textes, notamment celui de bell hooks.Je ferai aussi un focus sur les espaces de circulation des textes, un petit travail de généalogie. »

 

Nassira Hedjerassi est professeure d’université en sociologie de l’éducation, féministe, militante nomade, et ses recherches portent notamment sur bell hooks.

« Je me propose de parler du parcours biographique de bell hooks, de situer son premier essai, dans le contexte étatsunien, pour mettre en exergue ses apports aux féminismes (africains-)américains et de terminer sur sa réflexion éducative et la praxis pédagogique qu’elle a développée, à savoir une pratique de la transgression, pour la libération. »

En regard de cette biographie et d’une œuvre si imposante, on ne peut que s’interroger sur la réception très limitée de bell hooks en France, de la si faible, voire la non-circulation de ses écrits.

Une rencontre avec Isabelle Cambourakis et Nassira Hedjerassi aura aussi lieu le vendredi 3 juin 17h-20h à l’ENS en salle F106, (15 parvis rené descartes, métro debourg).


Entrée libre

***

Jeudi 9 juin, 19 h
Rencontre avec Christian CAUVIN autour de La fin du capitalisme et la nécessaire invention d’un monde nouveau, L’Harmattan.
La fin du capitalismeSi le capitalisme est condamné parce qu’il atteint ses limites, il est nécessaire d’accélérer sa disparition, car le mouvement d’émancipation est le gage de la réussite future et de l’instauration d’une démocratie qui ne soit pas uniquement formelle. Demain la démocratie… mais après le capitalisme.

Expert-comptable, Christian Cauvin est professeur émérite de gestion au Groupe HEC où il enseigne la stratégie financière. Il a longtemps accompagné les salariés, membres des comités d’entreprises et des sections syndicales dans l’examen des comptes et des stratégies économiques et financières de leurs entreprises. Il a publié aux éditions Le Bord de l’Eau un essai intitulé Le capitalisme ne joue pas aux dés.

En partenariat avec L’association des Amis du Monde diplomatique.

Entrée libre

***

Samedi 11 juin, à l’horaire exceptionnel de 16 h 30

Une blonde au bledRencontre avec Une blonde au bled, dessinatrice, blonde, française, graphiste, enseignante, concernée par le Maghreb en général et l’Algérie en particulier, autour de sa bande dessinée Une jeunesse kabyle, L’Harmattan BD.
Pour Mourad, Areski, Akli et Louisa, qui ont choisi de s’exiler en France, les souvenirs de la Kabylie des années 90 refont surface en même temps que de vieilles photos. Les amis revoient leur jeunesse et leurs années étudiantes : entre la menace des islamistes du FIS, la pression de l’armée et les dangers quotidiens, ils ont pourtant vécu leurs histoires d’amour et d’amitié, engagés pour une Algérie démocratique et multiculturelle.

Avec la participation de Mohamed Ali Allalou, figure emblématique de la radio francophone d’Alger, découvreur de talent pour le cabaret sauvage, écrivain et comédien.

logo coup de soleilEn partenariat avec CARA, AFARA, Coup de soleil en Rhône-Alpes et la Maison des passages.

Entrée libre

***

Jeudi 23 Juin, 19 h
« Pratiques actuelles de transition et de résistance : actions et sources d’inspirations du mouvement Alternatiba/ANVCOP21 »

***

A VENIR : Venise est lagune : rencontre avec l’écrivain italien Roberto FERRUCCI

ferrucci 1Roberto Ferrucci est né en 1960 à Venise, où il vit et écrit. Écrivain engagé, il partage sa vie entre le journalisme (Il Corriere della Sera, Il Manifesto, Il Fatto Quotidiano), la fiction et la traduction (il est le traducteur de Patrick Deville et de Jean-Philippe Toussaint en italien), quand il n’enseigne pas l’écriture créative à l’Université de Padoue. Depuis 2014, il dirige, pour les éditions Terra Ferma, la collection numérique « Collirio », qui publie de courts textes inédits (en italien mais aussi en français). Au printemps 2016 paraîtra en France aux éditions La Contre Allée (Lille) son ouvrage Venise est lagune.

Il sera à Lyon invité dans le cadre du Master TLEC de l’Université Lumière Lyon 2, par les enseignants Florence Courriol et Sylvain Trousselard, et rencontrera le public à la librairie Terre des Livres où il parlera en avant-première de Venise est lagune et présentera également ses autres titres déjà parus en français dans les traductions de Jérôme Nicolas (Ça change quoi aux éditions du Seuil, préfacé par Antonio Tabucchi, 2010 ; Sentiments subversifs en version bilingue, éditions de la Meet, 2010 ; Sentiments décisifs, Feltrinelli, 2013).

La rencontre en librairie sera animée par Florence Courriol, traductrice littéraire de l’italien et enseignante d’italien à l’Université d’Avignon.

Entrée libre
***

 

 

[A l’automne]

Rencontre avec Maud INGARAO et Willy GIANINAZZI, traductrice et éditeur de l’ouvrage d’André Gorz : Le fil rouge de l’écologie, Entretiens inédits en français, Édition établie et présentée par Willy Gianinazzi, traduction par Postface d’Erich Hörl, éd. EHESS.

gorzPionnier de l’écologie politique, André Gorz révèle sa persistante actualité dans cette discussion inédite et peu convenue sur des thèmes variés – du rapport de l’humain avec la nature à l’usage des technologies, de la cause féministe au rôle des intellectuels.
Ces trois entretiens – parus en 1990, 2003 et 2005 – révèlent l’actualité de la réflexion d’André Gorz sur le sens de la vie. Associant une critique du travail aliéné et une vision écologiste de la « bonne vie », son utopie est celle d’une civilisation du temps libéré : elle suppose un divorce entre le travail, qui doit être réduit, et le revenu, qui doit être garanti, afin que chacun tout au long de la vie puisse se livrer à une multiplicité d’activités autodéterminées – créatives, solidaires, militantes.« André Gorz a mûri, au fil de livres engagés de nature à la fois philosophique et sociopolitique, une réflexion existentielle sur le sens de la vie contrarié par la mégamachine capitaliste qui réduit l’être humain à la fonction de travailler et consommer. » (Willy Gianinazzi)
***